Pangloss @ #UNHCRNGOs

On June 14th 2017, representatives from Pangloss Labs were invited to participate to the UNHCR annual consultation with NGOs.  From the sustainable development innovation lab, Paul, Charlie & Gianluca decided to dedicate one day to this.  With our partners from the Global Humanitarian Lab (based at the Palais de Nations), we exhibited some of the things that digital fabrication – and more importantly the entrepreneurial, problem solving mindset around it – could enable in refugee environments.   

It was an eye-opening day for all of us, and each of us decided to tell the story in our own words.

(suite…)

Lire la suite…

Pangloss célèbre la journée internationale de la femme

Mercredi 8 mars 2017, chez Pangloss Labs, ce sera gratuit pour les femmes !

Le thème 2017 de la Journée internationale des femmes (JIF) du 8 mars est « les femmes dans un monde du travail en évolution : pour un monde 50-50 en 2030 ». Et pourquoi pas plus tôt.

A l’occasion de la journée internationale de la femme, notre association ouvre ses portes aux femmes et leur donne un accès gratuit pour la journée du 8 mars 2017, accès comprenant la possibilité d’utiliser notre espace de coworking ou notre laboratoire de fabrication écologique.

Un goûter de l’amitié, (préparé par les hommes de l’association) sera servi à 16h.

Ce sera également l’occasion de célébrer la parité homme – femme dans notre association et de mettre en avant le leadership au féminin sous toutes ses formes (scientifique, technologique, artistique, commercial, administratif, créatif, académique, culturel…)

L’espace est situé au 12 bis rue de Gex, à Ferney-Voltaire.

Venez nombreux !

 

Lire la suite…

Générer du beau

Vous vous êtes certainement posé les questions suivantes sur la beauté

«Qu’est-ce qui est beau ? »

«Comment être beau? Existe-t-il une méthode, une recette pour faire du beau ?»

«Pourquoi moi je trouve ça beau mais pas les autres ? »

Un proverbe arabe dit : « la beauté est dans l’œil qui regarde ». En fait la réponse de notre être à l’esthétique, est purement personnelle, et dépend de nombreux facteurs culturels et émotionnels.

La beauté d’un visage par exemple peut être appréciée comme une absence de défaut. C’est la beauté qui rassure quant à son vécu personnel. Mais au contraire cela peut être une aspérité qui étonne au lieu de susciter notre rejet.

Dans la réponse esthétique, on trouve le plus souvent une émotion qu’il est difficile de comprendre pour soi et encore plus d’expliquer aux autres.

Un jour j’ai découvert l’univers de l’espace mathématiques de Mandelbrot. D’abord subjugué par la richesse des images produites à partir d’un simple zoom sur un point particulier de cet espace, où les formes se répétaient avec des variations étonnantes, je me suis fait expliquer ce qui générait ces formes.

La réponse était étonnante. La fonction génératrice était l’étude de suite, dans le simple plan des complexes, dont on étudiait la vitesse de convergence.

On donnait une couleur au point à partir duquel la suite était calculée, en fonction de sa vitesse de convergence.

Un élève de terminale peut comprendre le problème posé, cependant la question est bizarre, originale. La réponse à cette question est, elle, époustouflante.

Si Benoit Mandelbrot avait gardé pour lui le secret de cette génération en ne divulguant que le résultat artistique de ses recherches, jamais on aurait compris le principe générateur de ces formes d’une richesse infinie.

 

Cela choque beaucoup de personnes, mais de nombreux mathématiciens pensent que tout est nombre. Le réel physique d’existerait pas et l’univers  ne serait que le résultat de perceptions diverses.

En décomposant, la complexité on arrive à de simples fonctions primitives, finalement assez pauvres.

Jeune étudiant j’avais été choqué par l’énoncé du théorème de Fourier.

Ce théorème dit que tout signal cyclique, aussi complexe soit-il, peut se décomposer en une somme de vibrations à différentes fréquences.

Une vibration est une simple vague qui fait monter et descendre de façon continue, répétitive et monotone.

La vibration en tant que cycle rassure, car on sait qu’après être redescendu, on va remonter, puis redescendre. Ça ne finit jamais et c’est sans surprise.

La fonction mathématique qui porte cette vibration est la fonction Sinus.

N’ayant comme talent artistique que celui du contemplatif, j’ai imaginé des formes qui ne seraient que des sommes de vibrations, dans tous les sens, dans plusieurs dimensions. En les combinant, on génère des formes douces, organiques, qui rappelle des muscles, des viscères, un squelette. On repère quelques répétitions signant la simple vibration, la simple vague, la simple fonction sinus, mais ces répétitions ne se répètent pas complètement à l’identique et surprennent un peu dans leur rendu parce qu’elles sont simplement combinées avec d’autres. On entre progressivement dans le domaine du vivant, ou dans l’illusion du vivant.

 

Mon œil est surpris par le résultat. J’espère que le votre aussi.

Lire la suite…

Ouagalab et Pangloss : Un partenariat multiface

La rencontre aurait dû avoir lieu au moment de la conférence Caux Initiative mais elle a finalement eu lieu ce jeudi 9 février. Gildas Guiella, fondateur du Ouagalab, un hackerspace basé à Ouagadougou au Burkina Faso a profité de sa présence à Genève pour se rendre dans les locaux du Pangloss Labs à Ferney-Voltaire. Très vite, les liens pressentis font surface dans les échanges. Plusieurs membres du Pangloss Labs ont honoré la visite de Gildas par leur présence dont deux de leurs fondateurs Yves Zieba et Carmz Rubio Torset. Chacun représentant les compétences ou projets qui sont la source du dynamisme de Pangloss Labs.

La diversité du lab est un autre point commun que l’on constate avec le Ouagalab. Pour chacun des thèmes abordés, à savoir e-santé, e-éducation et e-agriculture, les deux labs ont leur propre vision de la question avec des projets parfois similaires et parfois complémentaires qui se dessinent. Bien entendu, la force d’une telle rencontre est que chacun partage les solutions à l’étude ou déjà appliquées de manière transparente et ouverte, selon les principes de l’intelligence collective et de la mutualisation des savoirs. La confrontation des réalités différentes est un atout non négligeable car cela permet à chacun de sortir de son cadre de réflexion habituel afin de chercher des solutions a priori moins évidentes. En revanche, c’est en tenant compte des paramètres globaux dans un monde mondialisé que l’on peut espérer évoluer vers des solutions pérennes pour Tous.

Si l’on se concentre sur le hardware, le Ouagalab travaille sur la démystification de l’outil informatique auprès de la population en proposant à chacun de créer son propre ordinateur à partir de composants récupérés. De son côté, le Pangloss Labs réfléchit à des solutions afin d’éviter l’obsolescence prématurée de nos ordinateurs. En effet, les matériaux étant en quantité limitée sur la planète, il faut d’une part en réduire les usages et d’autre part en allonger la durée de vie avant même de songer à la collecte et le recyclage de ces matériaux déjà extraits.

Retrouvez l’histoire du Ouagalab, pionnier des espaces d’innovation en Afrique. Ses fondateurs ont commencé par sillonner le pays avant de créer leur premier tiers-lieu à Ouaga.

Présentation OuagalabDOC2016

Faly Ranaivoson et Gildas ont pu échanger sur les échanges sud-sud, notamment entre Madagascar et le Burkina Faso.

Les drones et la cartographie sont également en vogue. Les applications sont multiples et concernent autant la e-santé que la e-agriculture. Il s’agit de collecter les données de manière globale afin de pouvoir les utiliser de manière locale. Fernando Gonzales, de Geomati.co, a pu également apporté de bonnes idées, transposables pour Ouaga.

Dans le cas de la e-santé, détecter les zones d’infections sanitaires permettra d’acheminer les soins sur les lieux prioritaires plutôt que de se contenter d’une attribution aléatoire, souvent réduite aux réseaux logistiques principaux.

Pour la e-agriculture, on envisage une ingénierie sophistiquée, répondant aux critères de la modernité. L’analyse des sols, du climat, des invasions d’insectes et autres données fournies aux agriculteurs leur permettront d’exploiter leurs sols de manière optimisée tout en étant fortement sensibilisé à l’impact écologique et sanitaire de leurs actions.

Le projet Kiwix, sur la base de Wikipédia, et qui permet de rendre disponible l’encyclopédie sur clé USB pour les personnes n’ayant pas accès à une connexion stable à internet intéresse particulièrement le Ouagalab. Ensemble, Gildas Guiella et Gabriel Thullen, porteur du projet et membre du Pangloss Labs, réfléchiront à la poursuite de ce projet pour une implantation forte au Burkina Faso.

Quant à l‘organisation des deux structures, on se rend compte que les modes de management mis en oeuvre sont similaires rendant la démarche universelle. L’enjeu sera donc d’identifier les besoins réels dans un premier temps puis d’adapter les applications aux besoins locaux.

Ce partenariat multiface s’annonce prometteur. Partageant une vision similaire de l’innovation et de la technologie ainsi que du leadership, un rendez-vous est déjà pris pour la suite des échanges, cette fois sur le territoire burkinabè, dans le cadre du prochain forum Innovafrica pour lequel le Ouagalab est co-organisateur.

Page Facebook Ouagalab

Chaine Youtube Ouagalab

 

Pour Pangloss Labs

Audrey Humbert & Yves Zieba

 

Lire la suite…

L’effet « réseau » de Pangloss Labs, c’est quoi au juste ?

Nos nouveaux membres nous rejoignent de plus en plus nombreux, et souvent en raison de la force de notre réseau. On ne parle pas de wifi, ou du moins, pas uniquement ! Voilà en quelques lignes, tout ce qui fait la valeur de notre association, et que vous ne trouverez jamais dans un livre ou dans un rapport annuel !

1- Les amis de mes amis sont mes amis.

Imaginez 100 personnes, qui ont chacune travaillé dans 3 entreprises de la région, et qui ont en moyenne 5000 contacts dans LinkedIn, 1000 amis dans Facebook et 2000 suiveurs dans Twitter. Regroupez les au sein d’une association, basée sur des valeurs « soft » fortes (parité, égalité, respect, bienveillance, inclusion), dans laquelle il n’y a pas de jugement ni de sélection à l’entrée, et dans laquelle nous ne mettons jamais les projets en compétition. Et si nous gagnions tous ? De toute façon, c’est le marché qui décidera.

Imaginez maintenant que vous preniez un verre, un thé ou un café avec la moitié des membres (c’est jouable en 2 ou 3 évènements), 50 personnes, et que vous échangiez un seul contact de qualité avec chacun d’entre nous. Et si ce contact, c’était la bonne porte qui s’ouvre pour votre projet ?

2- Tu me suis, je te suis.

C’est vrai pour les réseaux sociaux, « tu me likes, je te like », « je te suis, tu me suis »… c’est vrai aussi pour le covoiturage ou les stands partagés qui nous permettent d’être présents à plus d’endroits à moindre coûts.

3- Comment font-ils pour proposer des tarifs aussi abordables à leur communauté ?

Quasiment tout ce que vous trouverez chez Pangloss a été donné, acheté à plusieurs, et nous mettons de nombreuses choses à disposition en mode partagé. Tu me prêtes ton tournevis et je te prête mon cable USB. Au lieu que chacun achète tout, on mutualise le plus possible et on partage l’usage.

Cela réduit nos coûts et on peut investir en priorité dans ce qui est vraiment important pour son projet.

Finalement, pourquoi être le titulaire d’un objet que vous n’utiliserez qu’une fois.

Notre association est à but non lucratif, tout est réinvesti. C’est notamment pour cela qu’on grandit si vite.

4- Des évènement pour se rencontrer

Que vous aimiez la mode, la biodiversité, la musique, la culture, les jeux, le code, les objets connectés ou l’éducation, que vous soyez du matin ou du soir, vous trouverez quelqu’un qui partage votre passion, et pourquoi pas, votre futur associé. Regardez le programme d’évènements, difficile de trouver un jour où il ne se passe rien chez Pangloss.

5- De l’entraide pour aller plus vite et pour aller plus loin

Vous avez une compétence à offrir et vous avez besoin d’une autre compétence, vous aimeriez bien collaborer mais vous avez besoin de d’abord créer une relation de confiance.

Combien vaut une information sur un mauvais payeur ?

Combien vaut une information sur un fournisseur talentueux ?

Combien vaut une information sur un appel à projet qui vient de sortir ?

Pangloss vous aide à faire cela avec du mentoring, du coaching, de la formation. Après 3 ou 4 évènements, vous allez commencer à cerner les personnes avec lesquelles vous trouvez une complémentarité et une affinité.

Une fois que la confiance est là, il n’y a plus qu’à aller gagner ensemble. Toutes les idées d’amélioration de la convivialité de notre espace sont approuvées à l’unanimité !

6- Quand Pangloss Labs gagne, ce sont tous ces membres qui gagnent.

Lorsque l’association Pangloss, décide d’organiser un évènement, de faire un déplacement ou de répondre à une opportunité, les membres sont évidemment les premiers informés. Notre association a mis en place des process et des systèmes qu’il vous serait très difficile, voire impossible de répliquer seul.

7- « Tous bénévoles »: une organisation moderne et plate

Nous avons la force de notre jeunesse, notre organisation est plate et inspirée du modèle d’holacratie, de l’innovation ouverte et de l’économie du partage. Quand vous rejoignez Pangloss, non seulement vous pouvez vous impliquer, mais en plus c’est ce qu’on attend de vous !

Nous sommes tous bénévoles, nous avons chacun un droit de vote et la possibilité de soumettre des résolutions ou des idées. Le dernier inscrit a autant la possibilité de s’exprimer que le premier inscrit.

Soyez votre propre porte-parole, c’est la meilleure façon de trouver votre place, et personne ne le fera mieux que vous !

8- Trop technique pour moi ?

Certes nous sommes devenus un des acteurs clés de l’innovation d’usage et nous avons été reconnu par le MIT pour notre fablab écologique. Certes il y a des machines, et presque tout chez Pangloss est digital.

Pourquoi avoir peur du digital ? Sécurité, protection des données, venez nous en parler.

Grâce à Pangloss, vous bénéficiez d’une plateforme technologique qui ne pourra que vous aider à prototyper, à expérimenter, à accélérer votre projet, à voir de nouvelles portes s’ouvrir et à échanger avec d’autres profils et d’autres compétences complémentaires aux vôtres.

La technologie est là pour vous aider à devenir autonome, rien de plus. Par des techniques de médiation scientifique et d’apprentissage par les pairs, vous apprenez au contact des autres.

Alors, pourquoi attendre, rejoignez-nous !!!

Lire la suite…

Pangloss Labs à Genève

[French]

Le 12 janvier, un groupe de personnes restreint et déterminé s’est réuni au Pangloss Labs à Ferney Voltaire pour discuter du fait qu’il n’existe pas encore de site Pangloss Labs à  Genève, et voir ce qui peut être fait à ce propos.

En résumé, bien que nous ayons touvé quelques lieux à Genève qui correspondent aux critères initiaux de locaux mi-bureaux / mi-atelier, ceux-ci sont très peu nombreux. Sachant que les dépenses en loyer sont bien plus élevées à Genève qu’en France Voisine, si l’on voulait répliquer directement ce qui a été réalisé en France, il faudrait trouver 45 personnes volontaires pour payer une part du loyer, et ceci avant d’obtenir le lieu. De plus les contrats de bail à Genève sont généralement conclus pour une durée de 5 ans. Pour certaines des offres qui ont été proposées, qui [French] correspondent à des projets en cours de développement, nous aurions besoin de 45 personnes volontaires pour s’engager à contribuer pendant 5 ans à une association collaborative qui démarrerait dans un an ou deux. C’est presque impossible à réaliser.

Par conséquent, ayant mis tous ces éléments sur la table, et avec l’aide d’un vin français très convenable, nous avons « brainstormé » sur de possibles façons d’aller de l’avant. Après avoir utilisé de nombreux tableaux blancs, et après avoir échangé sur nos différentes expériences et situations vécues, nous en sommes arrivés au plan suivant :

  1. Editer une liste de tous les lieux et initiatives similaires existant dans le Grand Genève et ayant un lien avec l’innovation. Créer des partenariats lorsque c’est possible.
  2. En parallèle, utiliser la co-création au sein des membres de notre communauté Pangloss Labs à Genève pour déterminer quel ensemble de Labs d’Innovation a du sens pour eux. Ce pourrait très bien être un ensemble de Labs très différent des 10 Labs identifiés dans le Pays de Gex.
  3. Elaborer les besoins en espace pour chacun des Labs d’Innovation. Voir si chaque Lab peut démarrer en utilisant du temps et de l’espace dans des lieux physiques existant à Genève et autour de Genève. Si de tels espaces existent, nouer des partenariats avec le lieu  physique approprié, et le faire de telle manière qu’il en résulte une situation de win-win pour les membres Pangloss et pour le lieu physique en question, en parallèle avec une fertilisation croisée entre les communautés.

Cela ne résout pas la question d’un vaste espace pour makers à Genève, mais cela résout le problème de savoir comment rendre vraiment opérationnels les autres Labs d’Innovation, pour ceux des [French] membres qui ne peuvent pas se rendre aisément à Ferney-Voltaire, et cela amène quelque chose de
concret en tant que partenariat avec d’autres lieux d’innovation amis, à Genève et autour de Genève.

Une fois que les choses auront démarré et fonctionneront, nous pourrons décider si nos avons besoin d’un autre espace physique, situé à Genève, ou s’il est suffisant de travailler en collaboration avec des lieux existants.

Qu’en pensez-vous ?

 

Lire la suite…

Bonne année

Nous vous souhaitons une belle et heureuse année 2017 !

Que vos proches, votre famille et vos amis passent une merveilleuse année, pleine de bonheur, de santé et de réussite.

Puisse chaque seconde, chaque minute, chaque heure, chaque semaine et chaque mois de 2017 vous apporter le meilleur pour vous, et pour toutes vos équipes projet.

 

Lire la suite…

Plusieurs cordes à notre violon imprimé en 3D

Aujourd’hui, c’était un grand soir pour Pangloss. Après avoir présenté l’objet violon, fabriqué en impression 3D, à partir de plastique, et présenté lors de la fête de la science, nous accueillons le Conservatoire de Ferney-Voltaire. Nous connaissions la forme et la couleur. Un son allait-il sortir de notre violon ?

Après quelques cordes cassées, quelques ajustements, quelques réglages, et après avoir monté et démonté les différentes parties du violon, après l’avoir confié aux violonistes du Conservatoire, venus tester l’objet pour l’occasion, nous allions enfin entendre le bruit que fait le violon imprimé par Guillaume Cabrié, de la société Lemantek.

Pour un premier test, c’était fort en enseignements. Le violon a pu passé de mains en mains, de virtuose à étudiants du Conservatoire, et un échange passionnant entre musiciens à l’oreille fine et ingénieurs a pu s’engager. Nous avons pu écouter la différence de son entre le violon stradivarius et le violon imprimé en 3D avec du plastique.

20161130_20001701

Après un cours express sur l’historique des violons, et après avoir découvert le rapport spécial entre violoniste et luthier, nous avons échangé quelques bons tuyaux pour améliorer notre violon.

Prochain rendez-vous et prochaine collaboration musicale prévue le 14 décembre à 18h chez Pangloss. D’ici là, le violon va probablement sonné de plus en plus juste ! On se met à rêver d’une audition ou d’un concert en 2017 !

Un grand merci au Conservatoire de Ferney-Voltaire pour leur sourire, leur expertise, leurs questions et leurs conseils, qui nous permettent d’avancer dans ce beau projet technico-musical d’avant garde.

 

Lire la suite…

Filières et outils pour innover dans le Grand Genève français

Retour sur la présentation de Pangloss Labs en Octobre 2016 à l’occasion du Carrefour des Créateurs 2016 à Genève, à Palexpo. Notre équipe est allé présenter nos espaces de créativité et d’innovation, située à Ferney-Voltaire, afin de présenter comment nos dispositifs, nos outils et nos filières permettent aux entrepreneurs de modéliser leurs idées, de créer des concepts, des prototypes et des produits finis. Dans cette vidéo courte, vous retrouverez certaines des spécialités de Pangloss: l’ouverture sur l’international, la transdisciplinarité de nos compétences, notre tiers-lieu, composé d’un espace de coworking et d’un fablab écologique.

 

 

Présents également sur le stand, nos partenaires d’ID Cube/Innovales, d’Innogex et de Leman Chablais.

Lire la suite…
solar hydrogen generator

Solar Thermal Hydrogen Production – An Adventure

Fifty million tons of hydrogen are used every year mainly for making fertilizers and for refining petroleum. Today, it is also explored as an energy storage medium because electricity storage at large scale is costly and inefficient. Hydrogen can be used as a chemical, in particular to make hydrocarbons, so it can replace petroleum, and it is a source of clean power –for transportation for example- because its use results in water only and nothing else.

Wouldn’t it be great to make hydrogen in a clean and sustainable way?

The history of H2P began in 2001 on the premises of Creative Services s.a.r.l. with contemplations about what to do with acetylene. From a coffee table discussion the subject evolved into patent applications and the search for funds to realize the idea.

(suite…)

Lire la suite…

L’impression 3D à l’horizon 2030

L’impression 3D à l’horizon 2030 –
Atelier de prospective du 3D Printing Hackfestival, Genève

Johanna07bc275

Johanna Brunneder / Yves Zieba

A l’occasion du premier 3D Printing Hackfest, nous tenions le stand “Prospective” et avons eu l’opportunité de discuter avec les visiteurs de leur vision de l’impression 3D à l’horizon 2030. Voici une synthèse de ce que nous avons appris, discuté et entendu:

A la découverte de l’impression 3D

Première idée reçue: L’impression 3D du bonheur éphémère

“L’impression 3D, c’est trop difficile, j’en ai acheté une il y a deux ans, et elle n’a jamais fonctionné”.

En fait, pas tant que cela, avec l’aide de quelques personnes aguerries, dans la majeure partie des cas, dans les fablabs, nous arrivons à faire fonctionner toutes les machines.
On dit d’ailleurs que la seule façon de faire fonctionner une machine, c’est de s’y mettre à plusieurs !

12232878_10153323300836947_4086989964462668024_o12356997_10153323300841947_1710058635498269784_o12357056_10153323300846947_7040429912091251233_o

Deuxième idée reçue: Et si on n’est pas bricoleur?

“Construire une imprimante 3D, ce n’est pas pour moi, je ne suis pas bricoleur”.

Là encore, pas besoin d’être bricoleur. La construction d’une imprimante 3D n’est pour que pour des amateurs du bricolage, tout le monde peut en essayer, et c’est d’autant plus amusant en groupe. Idéalement, invitez une personne qui en a déjà construit et assemblé une pour vous aider sur les points de blocage.

12309948_899727316807845_5225153838051857740_o

Troisième idée reçue: L’impression 3D n’est rien de sérieux

“C’est bien pour les hobbyistes qui veulent imprimer des gadgets, mais ce n’est pas sérieux”.

Il y a certes une partie des imprimantes 3D d’entrée de gamme, qui servent à cela, mais c’est une industrie en croissance et développement. La fabrication additive, de la science des matériaux, devrait être en croissance très forte dans les prochains mois et dans les prochaines années.

12273728_899727386807838_4831670692415917522_o

Quatrième idée reçue: L’impression 3D est une amusette du geek

“L’impression 3D c’est pour les geeks”

L’impression 3D fascine de geeks de toute sorte : des enfants, des artistes, des designers, des architectes, des médecins, des enseignants, des chercheurs etc ! Donc l’impression 3D est une technologie qui enchante une multitude des personnes !

On nous a posé la question, “savez vous dessiner votre pièce avec un crayon ?” Excellente question, effectivement les nouvelles pièces se conçoivent par ordinateur, (avec des logiciels de CAD, ou de CAO) mais les bases de la conception (forme, géométrie, couleur, texture, relief…) sont effectivement les mêmes que le dessin. Disons que c’est une façon de redécouvrir le dessin à l’heure du digital ! D’ailleurs parmi les collaborations les plus évidentes, il y a celles entre ingénieurs en matériau, ingénieur en mécanique et designer / artistes.

12314352_899727933474450_3873876068546036842_o

Cinquième idée reçue: L’impression 3D et l’enjeu du qualité de produit

“La qualité n’est pas au rendez vous par rapport aux méthodes de fabrication traditionnelle”

L’impression 3D fascine de geeks de toute sorte : des enfants, des artistes, des designers, des architectes, des médecins, des enseignants, des chercheurs etc ! Donc l’impression 3D est une technologie qui enchante une multitude des personnes !

 

12291796_899728506807726_3883907119419015011_o

Sixième idée reçue: Rien pour la production de masse

“C’est uniquement pour les pièces uniques, les prototypes uniques”

C’est vrai que dans la plupart des cas, l’impression 3D, ce n’est pas pour des grandes séries de 100000 ou 200000 pièces. Cela dit, l’industrie évolue de plus en plus vers des petites séries. L’impression 3D permet l’adaptation et la personnalisation des produits selon les besoins de l’utilisateur.

Faire les premières étapes en impression 3D

L’impression 3D fascine des geeks de toute sorte : des enfants, des artistes, des designers, des architectes, des médecins, des enseignants, des chercheurs etc ! Donc l’impression 3D est une technologie qui enchante une multitude des personnes !

Que peut changer l’impression 3D dans notre société ?

OK, on peut faire plein de choses avec l’impression 3D, mais concrètement, cela change quoi au niveau de la société ?

Quelle action concrète ? Qu’est ce qui est faisable dès demain ?

Certains d’entre vous, parmi les plus jeunes aimeraient voir un service public de l’impression 3D pour le rendre plus facile d’accès, une sorte d’open model de la 3D.

Autre idée intéressante: lancer un réseau peer to peer d’impression 3D. A quelle échelle, le quartier, la ville, la métropole, le canton ?

De nombreux témoignanges ont mentionné l’impact sur l’environnement, “arrêtons le gaspillage des ressources rares et de CO2.” L’impression 3D permettra une relocalisation de la production. Il devient de plus en plus aberrant de fabriquer loin et de transporter sur de longues distances, alors qu’on pourrait recréer des emplois locaux, en rapprochant les lieux de fabrication et de consommation, cela permettrait aussi de développer du transport local et de réduire l’impact carbone (en période de COP21, ce serait bien !)

Demain donc, ce seront de nouvelles formations qui permet de “faire” et moins “théoriques” et des nouveaux emplois locaux, peu ou pas délocalisables.

12307552_899727450141165_8656411011414633891_o

Rêve ou réalité ?

Une de vos idées consiste à construire un pont – quartier ultra moderne dans la rade de Genève, entre les deux rives du lac léman. Horizon 2030 pourquoi pas ? Le Japon imprime bien des ponts en 3D, pourquoi pas nous ?
Est ce possible techniquement, quels éléments d’un pont seraient imprimables en 3D ?

Autre idée, qui semble tout à fait réalisable, demain nous pourrions co-créer une bibliothèque de modèles 3D locale, entre acteurs de ce marché à Genève, et rendre au moins une partie de ce catalogue (les objets facile, peu technique et de première nécessité?) public, et ouverts. Cela aurait l’avantage d’initier le grand public, et de l’inviter à s’y intéresser.

12313921_899727810141129_9156029441121140279_n

Renforcez le maker mouvement à Genève et venez au premier Meetup
Donc, on commence tout de suite et on s’inscrit sur le MeetUp que nous lançons de manière collaborative avec tous les espaces, où on parle le 3D !

12310017_899727480141162_2481539730904317575_o

Enfin, pour conclure, un petit clin d’oeil à nos amis de Kidimake, et une vraie belle réalité, pas du tout du domaine du rêve, un visiteur, visiblement inspirée par la toute nouvelle imprimante 3D, Itopie Rainbow, de Paul Bristow et de Sébastien Mischler, combinant 3 filaments de couleurs différentes, nous a proposé d’imprimer une Licorne “Arc en Ciel”, et a rajouté “Plein de bonheur” !!!

11051841_899728463474397_9037885183771016616_o12309474_899728390141071_3591445383181933604_o

12291829_899728330141077_5631675796163994_o
1Q8A7523_preview_featured
12291726_899728436807733_7902609738630469534_o12308213_899728443474399_5368486075295766128_o

Lire la suite…

Semaine européenne de réduction des déchets

A l’occasion de la semaine européenne de réduction des déchets, Sidefage et Pangloss se sont associés le temps d’un évènement à Ferney-Voltaire, pour sensibiliser et éduquer les petits et les grands sur les différentes possibilités de recyclage des métaux et des plastiques.

Pendant que l’équipe de Sidefage construisait une masquotte Gaia unique en métal et en plastique, l’équipe de Pangloss présentait les différents modèles de l’économie circulaire et ses activités à destination des adultes et des enfants. Une façon idéale pour lancer cette semaine de sensibilisation u tri, à l’upcycling, à la valorisation des déchets et aux possibilités infinies de recyclage.

Cette semaine se poursuit, avec des étapes chaque jour dans des villes différentes du Genevois Français. Un buffet canadien a permis aux deux équipes d’apprendre à se connaître encore mieux, et a commencé à inventer les prochaines collaborations autour de l’économie circulaire.

Un grand merci à tous les bénévoles qui ont animé cette journée, notamment ceux venus de loin, et merci aux classes des écoles de Prevessin et de Ferney-Voltaire, qui sont venues participer et aux participants pour leur enthousiasme et leur sourire.

Lire la suite…

Métal émoi du plastique

Venez participer à notre atelier créatif pour les petits et pour les grands.

En collaboration avec nos partenaires et amis de Sidefage, nous vous accueillons pour co-créer de nouveaux objets avec des matériaux recyclés, à partir des différents plastiques, pour comprendre ceux qui se recyclent le plus facilement, et pour découvrir leurs caractéristiques. Cela vous aide non seulement à avoir une approche citoyenne du recyclage de ces matériaux, mais aussi d’exprimer votre créativité artistique en inventant de nouveaux objets.

L’occasion aussi de découvrir la valorisation matière, la valorisation organique, et la valorisation énergétique, avec une équipe qui partage nos valeurs, notre sentiment d’urgence et nos envies de changer les comportements vis à vis de l’environnement. Les messages clés passeront, j’en suis sûr. Yves

Métal émoi du plastique

Lire la suite…

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close