Joyeux anniversaire à l’atelier des Savoir Faire

Dans le cadre de la mise en place d'un réseau de tiers-lieu, Pangloss Labs était invité à participer à l'anniversaire des 10 ans de l'Atelier des Savoir Faire de Ravilloles.Une vraie belle occasion d'aller à la rencontre des acteurs du Parc Naturel Régional du Haut Jura et de partager avec eux un stand pour présenter toutes les opportunités qu'offre le parc, et pour commencer à dessiner ensemble les collaborations possibles en terme de projets, de formation et de mise en valeur des savoir-faire locaux.Sur notre stand, nous avons pu échanger avec les acteurs locaux de cet écosytème d'artisans d'art, et découvrir leur création. Lunettes, couteaux, robe, déco, photophores, tasse, bijoux, textile (laine), vitraux d'art, tabletterie, et bien plus encore, ce ne sont pas les créations originales qui manquent dans cet espace d'exposition et de mise en valeur des métiers d'artisanat d'art. Entre un verre de l'amitié et un atelier de co-création, nous avons pu imaginer comment le digital transforme ces savoirs-faire et nous avons pu débattre sur l'émergence des nouveaux types d'espace d'innovation (les acteurs des tiers-lieu, fablab, coworking notamment).
Une montagne à découvrir
Un grand merci au Parc Naturel Régional du Haut Jura pour invitation, cela nous a permis de découvrir comment l'innovation s'organise avec la ruralité et les impératifs de préservation du patrimoine naturel (faune, flore...) et de protection des espèces animales, le lynx par exemple. 
Concilier environnement et économie
En présence des élus locaux de la Région Auvergne Rhône Alpes et de la Région Franche Comté, et en écoutant les enjeux des parcs naturels régionaux et nationaux, nous avons pu découvrir tout un univers d'innovation rurale pour favoriser le tourisme, la formation et le partage des savoir-faire, et pour développer les activités agricoles innovantes.Réconcilier les acteurs, comprendre les intérêts économiques, tout en protégeant notre environnement, tout un programme dans lequel le réseau des tiers-lieu pourra amener sa pierre à l'édifice.A l'occasion des 10 ans de cet atelier, deux oeuvres d'art utilisant les savoir-faire locaux, ont pu être présentées et inaugurées. Deux oeuvres symboles d'une myriade de savoir-faire en perpétuelle réinvention et en lien étroit avec l'Europe et avec les voisins suisses.   

L’impression 3D à l’horizon 2030

L’impression 3D à l’horizon 2030 - Atelier de prospective du 3D Printing Hackfestival, GenèveJohanna07bc275Johanna Brunneder / Yves ZiebaA l’occasion du premier 3D Printing Hackfest, nous tenions le stand “Prospective” et avons eu l’opportunité de discuter avec les visiteurs de leur vision de l’impression 3D à l’horizon 2030. Voici une synthèse de ce que nous avons appris, discuté et entendu: A la découverte de l'impression 3DPremière idée reçue: L’impression 3D du bonheur éphémère“L’impression 3D, c’est trop difficile, j’en ai acheté une il y a deux ans, et elle n’a jamais fonctionné”.En fait, pas tant que cela, avec l’aide de quelques personnes aguerries, dans la majeure partie des cas, dans les fablabs, nous arrivons à faire fonctionner toutes les machines. On dit d’ailleurs que la seule façon de faire fonctionner une machine, c’est de s’y mettre à plusieurs !12232878_10153323300836947_4086989964462668024_o12356997_10153323300841947_1710058635498269784_o12357056_10153323300846947_7040429912091251233_oDeuxième idée reçue: Et si on n’est pas bricoleur?“Construire une imprimante 3D, ce n’est pas pour moi, je ne suis pas bricoleur”.Là encore, pas besoin d’être bricoleur. La construction d’une imprimante 3D n’est pour que pour des amateurs du bricolage, tout le monde peut en essayer, et c’est d’autant plus amusant en groupe. Idéalement, invitez une personne qui en a déjà construit et assemblé une pour vous aider sur les points de blocage.12309948_899727316807845_5225153838051857740_oTroisième idée reçue: L’impression 3D n’est rien de sérieux“C’est bien pour les hobbyistes qui veulent imprimer des gadgets, mais ce n’est pas sérieux”.Il y a certes une partie des imprimantes 3D d’entrée de gamme, qui servent à cela, mais c’est une industrie en croissance et développement. La fabrication additive, de la science des matériaux, devrait être en croissance très forte dans les prochains mois et dans les prochaines années.12273728_899727386807838_4831670692415917522_oQuatrième idée reçue: L’impression 3D est une amusette du geek“L’impression 3D c’est pour les geeks”L’impression 3D fascine de geeks de toute sorte : des enfants, des artistes, des designers, des architectes, des médecins, des enseignants, des chercheurs etc ! Donc l’impression 3D est une technologie qui enchante une multitude des personnes !On nous a posé la question, “savez vous dessiner votre pièce avec un crayon ?” Excellente question, effectivement les nouvelles pièces se conçoivent par ordinateur, (avec des logiciels de CAD, ou de CAO) mais les bases de la conception (forme, géométrie, couleur, texture, relief…) sont effectivement les mêmes que le dessin. Disons que c’est une façon de redécouvrir le dessin à l’heure du digital ! D’ailleurs parmi les collaborations les plus évidentes, il y a celles entre ingénieurs en matériau, ingénieur en mécanique et designer / artistes.12314352_899727933474450_3873876068546036842_oCinquième idée reçue: L’impression 3D et l’enjeu du qualité de produit“La qualité n’est pas au rendez vous par rapport aux méthodes de fabrication traditionnelle”L’impression 3D fascine de geeks de toute sorte : des enfants, des artistes, des designers, des architectes, des médecins, des enseignants, des chercheurs etc ! Donc l’impression 3D est une technologie qui enchante une multitude des personnes ! 12291796_899728506807726_3883907119419015011_oSixième idée reçue: Rien pour la production de masse“C’est uniquement pour les pièces uniques, les prototypes uniques”C’est vrai que dans la plupart des cas, l’impression 3D, ce n’est pas pour des grandes séries de 100000 ou 200000 pièces. Cela dit, l’industrie évolue de plus en plus vers des petites séries. L’impression 3D permet l’adaptation et la personnalisation des produits selon les besoins de l’utilisateur.Faire les premières étapes en impression 3DL’impression 3D fascine des geeks de toute sorte : des enfants, des artistes, des designers, des architectes, des médecins, des enseignants, des chercheurs etc ! Donc l’impression 3D est une technologie qui enchante une multitude des personnes !Que peut changer l’impression 3D dans notre société ?OK, on peut faire plein de choses avec l’impression 3D, mais concrètement, cela change quoi au niveau de la société ?Quelle action concrète ? Qu’est ce qui est faisable dès demain ?Certains d’entre vous, parmi les plus jeunes aimeraient voir un service public de l’impression 3D pour le rendre plus facile d’accès, une sorte d’open model de la 3D.Autre idée intéressante: lancer un réseau peer to peer d’impression 3D. A quelle échelle, le quartier, la ville, la métropole, le canton ?De nombreux témoignanges ont mentionné l’impact sur l’environnement, “arrêtons le gaspillage des ressources rares et de CO2.” L’impression 3D permettra une relocalisation de la production. Il devient de plus en plus aberrant de fabriquer loin et de transporter sur de longues distances, alors qu’on pourrait recréer des emplois locaux, en rapprochant les lieux de fabrication et de consommation, cela permettrait aussi de développer du transport local et de réduire l’impact carbone (en période de COP21, ce serait bien !)Demain donc, ce seront de nouvelles formations qui permet de “faire” et moins “théoriques” et des nouveaux emplois locaux, peu ou pas délocalisables.12307552_899727450141165_8656411011414633891_oRêve ou réalité ?Une de vos idées consiste à construire un pont - quartier ultra moderne dans la rade de Genève, entre les deux rives du lac léman. Horizon 2030 pourquoi pas ? Le Japon imprime bien des ponts en 3D, pourquoi pas nous ? Est ce possible techniquement, quels éléments d’un pont seraient imprimables en 3D ?Autre idée, qui semble tout à fait réalisable, demain nous pourrions co-créer une bibliothèque de modèles 3D locale, entre acteurs de ce marché à Genève, et rendre au moins une partie de ce catalogue (les objets facile, peu technique et de première nécessité?) public, et ouverts. Cela aurait l’avantage d’initier le grand public, et de l’inviter à s’y intéresser.12313921_899727810141129_9156029441121140279_nRenforcez le maker mouvement à Genève et venez au premier Meetup Donc, on commence tout de suite et on s’inscrit sur le MeetUp que nous lançons de manière collaborative avec tous les espaces, où on parle le 3D !12310017_899727480141162_2481539730904317575_oEnfin, pour conclure, un petit clin d’oeil à nos amis de Kidimake, et une vraie belle réalité, pas du tout du domaine du rêve, un visiteur, visiblement inspirée par la toute nouvelle imprimante 3D, Itopie Rainbow, de Paul Bristow et de Sébastien Mischler, combinant 3 filaments de couleurs différentes, nous a proposé d’imprimer une Licorne “Arc en Ciel”, et a rajouté “Plein de bonheur” !!!11051841_899728463474397_9037885183771016616_o12309474_899728390141071_3591445383181933604_o12291829_899728330141077_5631675796163994_o 1Q8A7523_preview_featured 12291726_899728436807733_7902609738630469534_o12308213_899728443474399_5368486075295766128_o