Laboratoire de fabrication

Fermons la boucle : Innovation pour une économie circulaire

Le 6 décembre 2017, Paul Bristow a représenté Pangloss Labs à Bruxelles ainsi que 5 autres startups innovant dans le domaine de l'économie circulaire . Nous avons été sélectionnés sur toute l'Europe pour participer à une discussion stratégique générale au Parlement Européen, hébergée par Nespresso et le EU40Les membres du Parlement Européen Franc Bogovic (EPP, Slovénie) et Davor Skrlec (Verts/Alliance Libre Européenne) ont animé la table ronde après les pitchs des 6 startups sur leurs innovations pour orienter la discussion.L'agenda incluait:12:30 – 12:50 Déjeuner Réseautage 12:50 – 13:15 Dragon’s Den – Présentation de leurs innovations par les startups suivie d'un vote 13:15 – 14:30 Table ronde Modérée par  Peter Woodward, la discussion visait à engager les intéressés dans un débat centré sur les consommateurs - comment attirer l'attention et inciter l'acceptation des utilisateurs finaux tout en accélérant la transition vers l'économie circulaire.Les MPE Seb Dance, Giovanni La Via, Jakop Dalunde , Inmaculada Rodriguez-Piñero et le VP Mairead McGuinness ont présenté des startups de leur propres pays orientées vers l'économie circulaire, rejoints par le MPE Gesine Meissner qui s'est exprimé lors de la table ronde, ainsi que Kęstutis Sadauskas, Directeur pour l'économie verte à DG Environment.(suite…)

Esprit critique et idées reçues – Plus l’humain sera éclairé, plus il sera libre.

Les stands qui ont fait le succès de la Fête de la Science 2017 dans le village des sciences de Ferney-Voltaire, organisé conjointement par la Mairie de Ferney-Voltaire et par l’association Pangloss. Toute l’équipe de bénévoles se sont mobilisés avant l’évènement et le jour même, le 14 Octobre, de 7h à 22h pour accueillir environ 300 visiteurs sur l'ensemble de la journée, avec plus d'une centaine d'enfants de Ferney-Voltaire et de la région. Un grand merci à tous. L’équipe des bénévoles s’est notamment occupée de l’accueil, de la sécurité, de l’information, de l’orientation des visiteurs de stand en stand pour leur faire découvrir le parcours d'idées reçues préparé par Pangloss et également de l’alimentation et des boissons pour tous. Un grand merci à Franck, Stephan, Craig et son épouse, et à Alexandra pour avoir proposé une expérience culinaire à tous nos visiteurs.Une affiche spécifique a été créée par l’équipe de communication de Thibault Mercier. Et un plan d’orientation a été conçu par Jan van Mol pour aider les visiteurs à se repérer parmi les stands, et nous avons pu créer une nouvelle signalétique pour l'évènement, afin de renforcer celle envoyée par les équipes départementales et régionales.  Lab Urbanisme & Civic TechYannick Laignel de Democracia, nous a présenté les différentes plateformes de démocratie participative. Lab Développement durable et électromobilitéDounia Hassar nous a présenté son projet d’électromobilité avec un triporteur électrique conçu dans le cadre de son travail de TPE du Lycée International de Ferney-Voltaire. L’association d’usagers et de consomm’acteurs de voitures électriques VEGA nous a présenté son action dans le Pays de Gex.Dans le cadre du projet de ressourcerie et de détournement d’objets, une initiation à la sérigraphie a été proposée par Guillaume Cabrie avec les designs du logo « I LOVE PANGLOSS» et la silhouette de VOLTAIRE sur des tee-shirts en coton, collectés et triés par nos partenaires d’ALFA 3A / AGCR, et détournés par Jacqueline Hiew. Une activité de détournement d’objets a permis de transformer certains tee-shirt en bracelets en coton. Lab Education & CultureNotre invitée Karine Babule, Présidente de BPW France a démarré la journée avec une présentation sur l’égalité homme – femme, en présence notamment de Madame Khadija Unal, première adjointe de la Ville de Ferney-Voltaire, de Madame Dominique Chenillot et de Madame Olga Givernet, députée de l'Ain. La journée a été clôturée par une autre conférence, donnée par la professeure universitaire émérite de philosophie sur « Voltaire et les idées reçues » (1694-1778), Geneviève Brykman. Cela a permis de définir ce qu’est une idée reçue, de parcourir les différentes sortes d’idées reçues, de se poser la question:
La connaissance rationnelle est-elle toujours supérieure à l’ignorance ? 
tout en citant et en évoquant Descartes, Newton, Leibniz, et bien sûr les contes de Voltaire, cités à de nombreuses reprises, et des personnages Candide, Pangloss, Cunegonde et Martin.
Si Dieu n’existait pas il faudrait l’inventer.
La conclusion de cette conférence : toute l’oeuvre philosophique de Voltaire souligne (avec humour, voire une ironie cinglante) la nécessité d’avoir l’esprit critique toujours en éveil, de le cultiver sans cesse (tel un jardin). Le jardin souligne aussi (contre les spéculations outrancières de Pangloss) qu’il faut porter intérêt à quelque chose de concrêt, dont la terre est le symbole. Enfin et surtout, le jardin nous enracine sur un terrain bien délimité, qui met en avant les limites des capacités humaines d’agir et de penser.
Voltaire écrivait pour agir.
Sans que nous nous soyons préparés à cette métaphore du jardin de Voltaire, nous avions invité un inventeur, Daniel Zerzion, qui présentait, son système d’agriculture verticale « vertical farming » lui permettant d’économiser jusque 5 fois le volume d’eau pour faire pousser un pied de tomate (ou du basilique). Lab MediaUn stand de gaming et de 3D était proposé par AGILE NETUP Gaming, et par Yves Zieba, avec notamment la possibilité offerte aux grands et aux petits de découvrir les meilleurs jeux actuels du Club Minecraft Unity Steam (avec des challenges sur OVERWATCH et les autre "blockbusters" actuels de Blizzard, et une initiation sur ARK sur STEAM), mais aussi de les initier à la visualisation 3D grâce à MINECRAFT, BLENDER et à UNITY 3D. Sur le même stand, étaient proposées des activités de programmation (LEGO MINDSTORM EDUCATION EV3, ASEBA, THYMIO) et une trentaine de challenges sur des thèmes liés à la modélisation et aux énergies renouvelables.A l’occasion de la Fête de la Science, le RetroMeetUp d’Arnaud Velten, venu d’Annecy pour l’occasion, et des designers et de développeurs de jeux indépendants, fraichement diplômés de l’Université de Genève, ont fait découvrir les métiers du futur du gaming, de la visualisation et de la conception 3D aux enfants. Egalement présent, notre partenaire ADDICTLAB Academy, de Jan Van Mol, présentait 3 activités : pendant toute la journée, un mini golf où la balle de golf était un robot SPHERO à télécommander depuis une tablette. Une animation de peinture en réalité virtuelle 3D (avec Google Tiltbrush sur casque de réalité virtuelle HTC Vive) était proposée. Vers 16h, un goûter a été proposé avec des crêpes imprimées en 3D. Un large équipe de volontaires a permis d’accueillir de nombreuses familles. Un grand merci notamment à Freddy, Bertrand, Jim et Jade, pour leur aide, notamment sur les stands proposant des activités pour les enfants. Lab MediaPaul Bristow a proposé de présenter en direct et devant une caméra la météo de Ferney-Voltaire. L'idée reçue était "la télé dit toujours la vérité et en utilisant un écran vert on a remplacé le vert par l'image de Ferney-Voltaire en temps réel, comme on fait pour les effets spéciaux dans les films ou sur la météo chaque jour à la télévision. Beaucoup d'enfants et adultes ont participé, y compris Le Maire de la Ville de Ferney, Monsieur Daniel Raphoz, qui s’est même prêté au jeu. Lab Objets Connectés / IoT

Paul Bristow a proposé aux visiteurs une explication des objets connectés avec trois boutons caché dans le Fablab et connecté par wifi vers une intelligence centrale en utilisant les technologies MQTT et node-red. Pour que cela fonctionne, il faut que trois visiteurs (deux enfants et un adulte) trouvent les boutons (vert, rouge et bleu), ensuite il faut appuyer sur les 3 boutons simultanément pour allumer une longue lumière connecté en mélangeant les 3 couleurs. Quand on a mélangé les trois couleurs jusque au bout, l'intelligence dans le système va déclencher trois actions: un Arc en Ciel, la voix d'un robot et un tweet automatique sur le réseau social Twitter.  Les visiteurs ont déclenché 38 arc-en-ciels pendant la journée.

Lab robotique / optique

Nos partenaires pour cette évènement, pour la seconde année consécutive, l’association Orion nous a présenté ses activités d’observation et d’astronomie, le jour de la nuit.

Ayse Ozturk nous a présenté les cubelets, InMoov et d'autres projets de robotique pour les plus petits.

Lab Santé

Denis Mongin présentait une expérience de cohérence cardiaque avec un développement logiciel qu’il a réalisé lui-même.

Lab Business

Sophie Rozier de Rozier Consulting proposait un test sur le bien-être au travail, pendant que Xavier Thibert offrait des massages relaxants., très demandés en entreprise, pour lutter notamment contre le burnout.

Lab Art et Design

Claudio Gonzales présentait son dernier modèle de lampe réalisée chez Pangloss.

Natalia Stepanova nous a présenté les illustrations popart du think tank sur le transhumanisme Neo Humanitas et plus spécifiquement les illustrations du projet de Future Human Life

Un grand merci également au Dauphiné Libéré, pour sa couverture de notre évènement et aux équipes de communication de la Mairie de Ferney-Voltaire.

 

Scanner 3D Calendula

Le scanner 3D Calendula a été imprimé dans le FabLab. C'est un scanner à lumière structurée, basée sur le projet "open-source" ATLAS 3D, il utilise une carte Raspberry Pi pour créer des nuages de points colorisés et générer un maillage 3D (STL).Statut de la Machine : En état de marche / disponible sur réservation (suite…)

Pangloss @ #UNHCRNGOs

On June 14th 2017, representatives from Pangloss Labs were invited to participate to the UNHCR annual consultation with NGOs.  From the sustainable development innovation lab, Paul, Charlie & Gianluca decided to dedicate one day to this.  With our partners from the Global Humanitarian Lab (based at the Palais de Nations), we exhibited some of the things that digital fabrication - and more importantly the entrepreneurial, problem solving mindset around it - could enable in refugee environments.   It was an eye-opening day for all of us, and each of us decided to tell the story in our own words.(suite…)

Ouagalab et Pangloss : Un partenariat multiface

La rencontre aurait dû avoir lieu au moment de la conférence Caux Initiative mais elle a finalement eu lieu ce jeudi 9 février. Gildas Guiella, fondateur du Ouagalab, un hackerspace basé à Ouagadougou au Burkina Faso a profité de sa présence à Genève pour se rendre dans les locaux du Pangloss Labs à Ferney-Voltaire. Très vite, les liens pressentis font surface dans les échanges. Plusieurs membres du Pangloss Labs ont honoré la visite de Gildas par leur présence dont deux de leurs fondateurs Yves Zieba et Carmz Rubio Torset. Chacun représentant les compétences ou projets qui sont la source du dynamisme de Pangloss Labs.La diversité du lab est un autre point commun que l’on constate avec le Ouagalab. Pour chacun des thèmes abordés, à savoir e-santé, e-éducation et e-agriculture, les deux labs ont leur propre vision de la question avec des projets parfois similaires et parfois complémentaires qui se dessinent. Bien entendu, la force d’une telle rencontre est que chacun partage les solutions à l’étude ou déjà appliquées de manière transparente et ouverte, selon les principes de l’intelligence collective et de la mutualisation des savoirs. La confrontation des réalités différentes est un atout non négligeable car cela permet à chacun de sortir de son cadre de réflexion habituel afin de chercher des solutions a priori moins évidentes. En revanche, c’est en tenant compte des paramètres globaux dans un monde mondialisé que l’on peut espérer évoluer vers des solutions pérennes pour Tous.Si l’on se concentre sur le hardware, le Ouagalab travaille sur la démystification de l’outil informatique auprès de la population en proposant à chacun de créer son propre ordinateur à partir de composants récupérés. De son côté, le Pangloss Labs réfléchit à des solutions afin d’éviter l’obsolescence prématurée de nos ordinateurs. En effet, les matériaux étant en quantité limitée sur la planète, il faut d’une part en réduire les usages et d’autre part en allonger la durée de vie avant même de songer à la collecte et le recyclage de ces matériaux déjà extraits.Retrouvez l'histoire du Ouagalab, pionnier des espaces d'innovation en Afrique. Ses fondateurs ont commencé par sillonner le pays avant de créer leur premier tiers-lieu à Ouaga.Présentation OuagalabDOC2016Faly Ranaivoson et Gildas ont pu échanger sur les échanges sud-sud, notamment entre Madagascar et le Burkina Faso.Les drones et la cartographie sont également en vogue. Les applications sont multiples et concernent autant la e-santé que la e-agriculture. Il s’agit de collecter les données de manière globale afin de pouvoir les utiliser de manière locale. Fernando Gonzales, de Geomati.co, a pu également apporté de bonnes idées, transposables pour Ouaga.Dans le cas de la e-santé, détecter les zones d’infections sanitaires permettra d’acheminer les soins sur les lieux prioritaires plutôt que de se contenter d’une attribution aléatoire, souvent réduite aux réseaux logistiques principaux.Pour la e-agriculture, on envisage une ingénierie sophistiquée, répondant aux critères de la modernité. L’analyse des sols, du climat, des invasions d’insectes et autres données fournies aux agriculteurs leur permettront d’exploiter leurs sols de manière optimisée tout en étant fortement sensibilisé à l’impact écologique et sanitaire de leurs actions.Le projet Kiwix, sur la base de Wikipédia, et qui permet de rendre disponible l’encyclopédie sur clé USB pour les personnes n’ayant pas accès à une connexion stable à internet intéresse particulièrement le Ouagalab. Ensemble, Gildas Guiella et Gabriel Thullen, porteur du projet et membre du Pangloss Labs, réfléchiront à la poursuite de ce projet pour une implantation forte au Burkina Faso.Quant à l‘organisation des deux structures, on se rend compte que les modes de management mis en oeuvre sont similaires rendant la démarche universelle. L’enjeu sera donc d’identifier les besoins réels dans un premier temps puis d’adapter les applications aux besoins locaux.Ce partenariat multiface s’annonce prometteur. Partageant une vision similaire de l’innovation et de la technologie ainsi que du leadership, un rendez-vous est déjà pris pour la suite des échanges, cette fois sur le territoire burkinabè, dans le cadre du prochain forum Innovafrica pour lequel le Ouagalab est co-organisateur.Page Facebook OuagalabChaine Youtube Ouagalab Pour Pangloss LabsAudrey Humbert & Yves Zieba 

Découpe et gravure laser « Blue Lotus »

La machine de découpe et de gravure laser présente dans notre espace d'innovation s'appelle "Blue Lotus". La machine permet de réaliser beaucoup de choses et a une puissance de 80W (laser CO2). Le plateau de découpe mesure 1000 mm x 400mm. Le laser est capable de découper toute sorte de matériaux d'une épaisseur maximale de 1 cm, notamment du bois, du plastique, du papier, du carton, du cuir. La machine permet également de graver.Statut de la Machine: En état de marche / disponible sur réservationLe logiciel qui commande la machine (découpe / gravure laser) est Corel Draw.Une formation à la conception 2D sur Inkscape (logiciel de dessin vectoriel)/ ou Gimp (un éditeur d'image libre et open source) est recommandée. Il est également possible d'utiliser des images générées par d'autres logiciels. Il est alors nécessaire d'effectuer une conversion de fichiers (format vectoriel: svg).Une fois que le fichier est prêt, il ne reste plus qu'à graver ou à découper !Des formations sont organisées régulièrement par les experts de Pangloss, pour aider les membres de notre communauté à se familiariser avec la machine pour devenir autonome pour l'utiliser en toute sécurité. (suite…)

Making things for a good cause

One of the great things about being based in Geneva is the interesting people you meet. While working on innovation for “International Geneva”, I met up with the ICRC’s innovation team. They have been working on a global makeathon for humanitarian causes. One thing led to another, and I ended up giving a webinar on rapid prototyping and following that up with a long blog post which you can read on the Enable Makeathon’s site

Is Lake Geneva ready to make stuff again?

Globalisation only flows one way. At least that’s the experience of the last 30 years. Manufacturing fled Europe, looking for more and more economies of scale, making millions of identical objects for the cheapest possible price.

Mass manufacturing has changed the world, but every process comes to an end. When something becomes “the only way to do things”, innovation kicks in and find a alternative.Open Source distributed manufacturing is that alternative. New, open source technologies have reduced the costs of machinery by a factor of tens to hundreds. Things that were complicated and expensive, like accurate positioning in 3D space, have become trivially simple and ridiculously cheap. The result is that it has become much less expensive to make individual customised objects – something that mass manufacturing cannot do at all.FabLabs, like this one, are described as a place when you can make “almost anything”. We know what the things we cannot yet make are, and many of the projects in these spaces are open source machines to overcome these limitations. Just in the last two years we have seen machines for knitting clothes, printing fabrics, printing concrete, and laminating wood/carbon fibre composites, as well as DNA sequencers, projects to grow bricks, produce all sorts of energy efficient vehicles, and build your own energy efficient houses.These projects are not developed by individual geniuses in their garages. The internet was designed as a collaborative tool, and has delivered magnificently. Local communities of people interested in making things have found each other online, and joined together to create physical spaces where they can collaborate together. These projects, in turn collaborate online in globe-spanning open source projects, creating amazing collaborative answers to problems that might not be solved in any other way.Right now it’s not for replacing the things you can buy in the shops, more for replacing the things you cannot buy in the shops. How often have you searched and not found the thing you were looking for? Simply not been able to buy a spare part, or not found a table the right size in the right wood. Those are the sorts of things maker-spaces can produce using parametric design and shared resources.In twenty years the very idea that you would buy something that is the same thing that any of your neighbours have will seem quaint, like Henry Ford’s “any color you like as long as it’s black”. You will be able to easily customise the object you want to suit your exact needs and have it quickly manufactured in your local fabrication centre. Or have a brand new thing designed just for you from scratch using open source tools, technologies and techniques.Around Lake Geneva, this is a work-in-progress. On the 27th of June 2015, the makers of the Lac Leman region unified for the first time to put on the “Leman Make” Festival. At the start, we knew of two hackerspaces in the region. One year later we had dozens of local fabrication spaces involved in the festival, all of whom were making stuff right here.Technology should be a slave, not a master. It’s time it stopped being exclusive – something for other people far away to master – came back home, and was made accessible to everyone. As children we were all taught to share, and it turns out that sharing really can change the world for the better.So the answer to the question “is Lake Geneva ready to make stuff again?” is definitely a resounding yes. We hope you’ll join in.

Laboratoire de fabrication (Fablab)

Fablab

Réalisation et étude de prototypes, de produits finis voir la réparation d’éléments usagés ou plus disponibles, nous utilisons des imprimantes 3D, des commandes numériques (CNC), des scanners 3D et des découpeuses laser tout format.

Un Fablab est un espace pour apprendre de nouvelles compétences et partager vos compétences. Nous n'avons malheurusement pas des ressources pour réparer les objets gratuitement, mais nous serons heureux de vous montrer comment vous pouvez apprendre à réparer et à le faire des choses. Pour en savoir plus, rendez-vous à l'une de nos journées portes ouvertes.

Vous n'avez pas à partir de zéro. Venez découvrir le monde de la fabrication numérique avec nos formations régulières. Nos cours d'introduction conviennent à tout le monde, avec des prix réduits pour les membres Pangloss !

Découpe et gravure laser « Blue Lotus »

La machine de découpe et de gravure laser présente dans notre espace d’innovation s’appelle « Blue Lotus ». La machine permet de réaliser beaucoup de choses et a une puissance de 80W (laser CO2). Le plateau de découpe mesure 1000 mm x 400mm. Le laser est capable de découper toute sorte de matériaux d’une épaisseur maximale de […]

Imprimante 3D Baobab

Le Baobab est une imprimante 3D grande dimension expérimentale qui a été désignée et créée ici à Pangloss Labs. Statut de la Machine: En état de marche

Scanner 3D Calendula

Le scanner 3D Calendula a été imprimé dans le FabLab. C’est un scanner à lumière structurée, basée sur le projet « open-source » ATLAS 3D, il utilise une carte Raspberry Pi pour créer des nuages de points colorisés et générer un maillage 3D (STL). Statut de la Machine : En état de marche / disponible sur réservation

Imprimante 3D Primula

L’imprimante 3D Primula est basée sur une conception d’un iTopie modifié open source avec un extrudeur qui peut mélanger 3 filaments en mème temps pour pouvoir faire de l’impression en couleur. Statut de la Machine: Il faute le calibration sur l’axe z

Imprimante 3D Treffe

L’imprimante 3D Treffe est un Makerbot X2. Statut de la Machine: En état de marche / disponible sur réservation

CNC Comfrey

La machine CNC 3 axes Comfrey est robuste et solide (modèle: CNC Badog X2). Il utilise le software de control Mach3. Statut de la Machine: En état de marche / disponible sur réservation

Imprimante 3D DLP Pico-2

L’imprimante 3D DLP Pico-2 est une imprimante utilisant de résine photosensible qui utilise une source de lumière pour fixer la matière. Statut de la Machine : En état de marche / disponible sur réservation

Imprimante 3D forget-me-not

L’imprimante 3D Forget-me-not 3D est une Printrbot Simple Metal robust et solide avec un plaque chauffante et un axe x allongé et un contrôleur Octoprint-basé avec un contrôleur Raspberry Pi. Statut de la Machine: En état de marche / disponible sur réservation

CNC Oak

La machine Oak CNC 3 axes est une modèle open source: Openbuilds OX CNC « open-source » qui utilise une carte contrôle « smoothieboard » Statut de la Machine: En état de marche / disponible sur réservation

La chartre des Fablabs

Qu’est-ce qu’un Fab Lab ?

Les Fab Labs sont un réseau mondial de labs locaux, qui doppent l’inventivité en donnant accès à des outils de fabrication numérique.

Que trouve-t-on dans un Fab Lab ?

Les Fab Labs partagent le catalogue évolutif d’un noyau de capacités pour fabriquer (presque) n’importe quel objet, permettant aux personnes et aux projets d’être partagés.

Que fourni le réseau des Fab Labs ?

Une assistance opérationnelle, d’éducation, technique, financière et logistique au delà de ce qui est disponible dans un seul lab.

Qui peut utiliser un Fab Lab ?

Les Fab Labs sont disponibles comme une ressource communautaire, qui propose un accès libre aux individus autant qu’un accès sur inscription dans le cadre de programmes spécifiques.

Quelles sont vos responsabilités ?

  • Sécurité: ne blesser personne et ne pas endommager l’équipement
  • Fonctionnement: aider à nettoyer, maintenir et améliorer le Lab
  • Connaissances: contribuer à la documentation et aux connaissances des autres

Qui possède les inventions faites dans un Fab Lab ?

Les designs et les procédés développés dans les Fab Labs peuvent être protégés et vendus comme le souhaite leur inventeur, mais doivent rester disponibles de manière à ce que les individus puissent les utiliser et en apprendre.

Comment les entreprises peuvent utiliser un Fab Lab ?

Les activités commerciales peuvent être prototypées et incubées dans un Fab Lab, mais elles ne doivent pas entrer en conflit avec les autres usages, elles doivent croître au delà du Lab plutôt qu’en son sein, et il est attendu qu’elles bénéficient à leurs inventeurs, aux Labs, et aux réseaux qui ont contribué à leur succès.

Liens utile


L’impression 3D à l’horizon 2030

L’impression 3D à l’horizon 2030 - Atelier de prospective du 3D Printing Hackfestival, GenèveJohanna07bc275Johanna Brunneder / Yves ZiebaA l’occasion du premier 3D Printing Hackfest, nous tenions le stand “Prospective” et avons eu l’opportunité de discuter avec les visiteurs de leur vision de l’impression 3D à l’horizon 2030. Voici une synthèse de ce que nous avons appris, discuté et entendu: A la découverte de l'impression 3DPremière idée reçue: L’impression 3D du bonheur éphémère“L’impression 3D, c’est trop difficile, j’en ai acheté une il y a deux ans, et elle n’a jamais fonctionné”.En fait, pas tant que cela, avec l’aide de quelques personnes aguerries, dans la majeure partie des cas, dans les fablabs, nous arrivons à faire fonctionner toutes les machines. On dit d’ailleurs que la seule façon de faire fonctionner une machine, c’est de s’y mettre à plusieurs !12232878_10153323300836947_4086989964462668024_o12356997_10153323300841947_1710058635498269784_o12357056_10153323300846947_7040429912091251233_oDeuxième idée reçue: Et si on n’est pas bricoleur?“Construire une imprimante 3D, ce n’est pas pour moi, je ne suis pas bricoleur”.Là encore, pas besoin d’être bricoleur. La construction d’une imprimante 3D n’est pour que pour des amateurs du bricolage, tout le monde peut en essayer, et c’est d’autant plus amusant en groupe. Idéalement, invitez une personne qui en a déjà construit et assemblé une pour vous aider sur les points de blocage.12309948_899727316807845_5225153838051857740_oTroisième idée reçue: L’impression 3D n’est rien de sérieux“C’est bien pour les hobbyistes qui veulent imprimer des gadgets, mais ce n’est pas sérieux”.Il y a certes une partie des imprimantes 3D d’entrée de gamme, qui servent à cela, mais c’est une industrie en croissance et développement. La fabrication additive, de la science des matériaux, devrait être en croissance très forte dans les prochains mois et dans les prochaines années.12273728_899727386807838_4831670692415917522_oQuatrième idée reçue: L’impression 3D est une amusette du geek“L’impression 3D c’est pour les geeks”L’impression 3D fascine de geeks de toute sorte : des enfants, des artistes, des designers, des architectes, des médecins, des enseignants, des chercheurs etc ! Donc l’impression 3D est une technologie qui enchante une multitude des personnes !On nous a posé la question, “savez vous dessiner votre pièce avec un crayon ?” Excellente question, effectivement les nouvelles pièces se conçoivent par ordinateur, (avec des logiciels de CAD, ou de CAO) mais les bases de la conception (forme, géométrie, couleur, texture, relief…) sont effectivement les mêmes que le dessin. Disons que c’est une façon de redécouvrir le dessin à l’heure du digital ! D’ailleurs parmi les collaborations les plus évidentes, il y a celles entre ingénieurs en matériau, ingénieur en mécanique et designer / artistes.12314352_899727933474450_3873876068546036842_oCinquième idée reçue: L’impression 3D et l’enjeu du qualité de produit“La qualité n’est pas au rendez vous par rapport aux méthodes de fabrication traditionnelle”L’impression 3D fascine de geeks de toute sorte : des enfants, des artistes, des designers, des architectes, des médecins, des enseignants, des chercheurs etc ! Donc l’impression 3D est une technologie qui enchante une multitude des personnes ! 12291796_899728506807726_3883907119419015011_oSixième idée reçue: Rien pour la production de masse“C’est uniquement pour les pièces uniques, les prototypes uniques”C’est vrai que dans la plupart des cas, l’impression 3D, ce n’est pas pour des grandes séries de 100000 ou 200000 pièces. Cela dit, l’industrie évolue de plus en plus vers des petites séries. L’impression 3D permet l’adaptation et la personnalisation des produits selon les besoins de l’utilisateur.Faire les premières étapes en impression 3DL’impression 3D fascine des geeks de toute sorte : des enfants, des artistes, des designers, des architectes, des médecins, des enseignants, des chercheurs etc ! Donc l’impression 3D est une technologie qui enchante une multitude des personnes !Que peut changer l’impression 3D dans notre société ?OK, on peut faire plein de choses avec l’impression 3D, mais concrètement, cela change quoi au niveau de la société ?Quelle action concrète ? Qu’est ce qui est faisable dès demain ?Certains d’entre vous, parmi les plus jeunes aimeraient voir un service public de l’impression 3D pour le rendre plus facile d’accès, une sorte d’open model de la 3D.Autre idée intéressante: lancer un réseau peer to peer d’impression 3D. A quelle échelle, le quartier, la ville, la métropole, le canton ?De nombreux témoignanges ont mentionné l’impact sur l’environnement, “arrêtons le gaspillage des ressources rares et de CO2.” L’impression 3D permettra une relocalisation de la production. Il devient de plus en plus aberrant de fabriquer loin et de transporter sur de longues distances, alors qu’on pourrait recréer des emplois locaux, en rapprochant les lieux de fabrication et de consommation, cela permettrait aussi de développer du transport local et de réduire l’impact carbone (en période de COP21, ce serait bien !)Demain donc, ce seront de nouvelles formations qui permet de “faire” et moins “théoriques” et des nouveaux emplois locaux, peu ou pas délocalisables.12307552_899727450141165_8656411011414633891_oRêve ou réalité ?Une de vos idées consiste à construire un pont - quartier ultra moderne dans la rade de Genève, entre les deux rives du lac léman. Horizon 2030 pourquoi pas ? Le Japon imprime bien des ponts en 3D, pourquoi pas nous ? Est ce possible techniquement, quels éléments d’un pont seraient imprimables en 3D ?Autre idée, qui semble tout à fait réalisable, demain nous pourrions co-créer une bibliothèque de modèles 3D locale, entre acteurs de ce marché à Genève, et rendre au moins une partie de ce catalogue (les objets facile, peu technique et de première nécessité?) public, et ouverts. Cela aurait l’avantage d’initier le grand public, et de l’inviter à s’y intéresser.12313921_899727810141129_9156029441121140279_nRenforcez le maker mouvement à Genève et venez au premier Meetup Donc, on commence tout de suite et on s’inscrit sur le MeetUp que nous lançons de manière collaborative avec tous les espaces, où on parle le 3D !12310017_899727480141162_2481539730904317575_oEnfin, pour conclure, un petit clin d’oeil à nos amis de Kidimake, et une vraie belle réalité, pas du tout du domaine du rêve, un visiteur, visiblement inspirée par la toute nouvelle imprimante 3D, Itopie Rainbow, de Paul Bristow et de Sébastien Mischler, combinant 3 filaments de couleurs différentes, nous a proposé d’imprimer une Licorne “Arc en Ciel”, et a rajouté “Plein de bonheur” !!!11051841_899728463474397_9037885183771016616_o12309474_899728390141071_3591445383181933604_o12291829_899728330141077_5631675796163994_o 1Q8A7523_preview_featured 12291726_899728436807733_7902609738630469534_o12308213_899728443474399_5368486075295766128_o

Pangloss à Lemanmake

Après notre évènement de networking chez O Brasseur vendredi, nous étions à Nyon, samedi et dimanche, pour participer à Lemanmake. L'occasion pour Paul de faire une conférence et l'occasion pour les parents et les enfants de l'association de découvrir les différentes activités et ateliers proposées par les différents partenaires de l'évènement. LemanMake

Social Innovation talk at Impact Hub Geneva

Paul was asked to speak at Impact Hub Geneva's crowdfunding launch event yesterday.  The round table was about Social Innovation.  With such people in the audience as representatives from the UNHCR and the ICRC he talked about the impact of crowdsourced open source hardware.Projects described included Data Canvas Sense Your City real-time environmental monitoring,  Publiclab - the citizen science portal, the Open Source Beehive project, Local Motors and the awesome E-NABLING the  future project, providing low-cost customised prosthetic limbs all over the world and making people smile.http://youtu.be/KcPjwq9-sDc 

Christmas Gadgets, the Santa Tracker

Gadget Guru is a short weekly radio show on World Radio Switzerland that I do with Tony Johnston.Here's the show from December 23rd, 2014: A few links from this show:3D Printed cookie cutters can be downloaded from thingiverse or you can design your own.  The best place to try 3D printing is your local hackerspace.Post Tenebras Lab in Geneva has an open evening each Tuesday.Fixme in Lausanne has an open evening each Wednesday.FabLab La Cote in Nyon has it's open evenings on Mondays.The Christmas Shopper Simulator from Game in case your shopping was too easy this yearThe Norad Santa TrackerThe cool magnetic levitation hoverboard http://www.youtube.com/watch?v=HSheVhmcYLA and the noisy one that you can make yourself