Agile NetUp


Description du projet

AgileNetup est un projet, c’est aussi une marque, et l’objectif, c’est d’être en mesure d’assembler les compétences d’experts de l’agilité stratégique, de l’innovation ouverte et de l’entreprise libérée pour aider les entreprises à réussir leur transformation, notamment digitale.

 

Pourquoi a-t-on besoin d’agilité stratégique ?

 

C’est très simple, le monde bouge de plus en plus vite, les incertitudes sont de plus en plus nombreuses à tous les niveaux (client, marché, régulation, taux, risques politiques, risques économiques…). Il est donc devenu de plus en plus compliqué de prévoir l’avenir correctement. Naviguer à vue dans le brouillard est devenu la seule gouvernance possible pour les entreprises. Elles n’y sont pas habituées. Le système n’a pas été conçu pour.

 

Comment faire pour éviter les incertitudes ?

Justement, ce n’est pas possible. Le mythe de la « prévision juste », notamment financière, et notamment court terme, existe toujours. De nombreuses entreprises continuent d’ailleurs à tout organiser autour de cela, le sacro-sain budget, les prévisions de vente qui doivent absolument se réaliser, les plans stratégiques qu’il faut executer. J’en passe et des meilleurs. Oui, mais voilà, malgré tout cela, les incertitudes, elles existent !

Alors que faire ?

C’est justement là que l’agilité stratégique entre en jeu. Au lieu de perdre son temps à essayer de tout prévoir et de tout anticiper (ce qui est évidemment impossible), nous proposons de ne plus perdre son temps avec cela, et de développer une capacité de réaction et d’adaptation plus rapide.

Quelles entreprises sont concernées ?

En fait, toutes ! Qui peut prétendre opérer aujourd’hui dans un environnement prévisible et certain ?

Lorsque les entreprises ne parviennent plus à innover, ou ne parviennent plus à réagir face aux turbulences qu’elles voient arriver sans pouvoir réagir suffisamment rapidement, leur salut passe parfois par l’intervention d’une équipe d’experts de l’agilité stratégique.

Qu’entend-t-on par agilité stratégique ?

Nous entendons par « agilité stratégique » ce que Don Sull (professeur à Harvard et à la London Business School) a scientifiquement étudié et décrit. Nous appliquons les enseignements qu’ils nous a transmis sur la base de ce qu’il a constaté dans de très nombreuses entreprises.

Pourquoi coupler « agilité stratégique » et « innovation ouverte » ?

Là encore, cela part du constat très simple: les entreprises voient les menaces se profiler mais n’ont pas la capacité de réagir assez vite. Trop de politique interne, trop d’égos en jeu, trop de programme personnifié à arrêter, trop d’enjeux de carrière à remettre en cause. J’en passe et des meilleurs. Bref, le système de gouvernance des entreprises ne répond plus !

Quel lien (éventuel) avec les nouvelles « théories du management » ?

Tout se tient. C’est justement parce que les entreprises ne sont pas suffisamment agiles, qu’elles ne peuvent pas répondre comme elles devraient face aux changements auxquels elles doivent faire face, qu’il convient de changer à la fois la stratégie (pour la rendre plus agile), l’innovation (pour la rendre plus ouverte, moins interne et moins en silo), et le management (les personnes dont les egos surdimensionnés empêchent toute modification du plan).

Que propose, alors, Agile Netup pour trouver des solutions ?

Très simple, le système de l’entreprise actuelle ne fonctionne plus, il est obsolète, il convient de procéder à la mise en place de l’entreprise libérée. Qu’on aime ou qu’on doute, cela a le mérite de donner une perspective optimiste ! On change la façon de faire de la stratégie pour enlever tout ce qui empêche l’agilité (moins d’importance donné au budget, moins de valeur accordée plan, moins de priorités accordées aux contrats, souvent source d’immobilisme) et ajouter tout ce qui permet de rebondir plus vite, plus haut et plus fort. En d’autres termes, remplacer les dirigeants toxiques, par des dirigeants inspirants, adeptes du management 3.0 ou 4.0, orientés « satisfaction employés / satisfaction clients » avant tout, et idéalement adeptes de l’holacratie et de l’innovation centrée sur l’humain.

Tout est trop complexe, tout change beaucoup trop vite, toutes les technologies nous dépassent, on ne sait plus qui croire

Le blockchain, les bitcoins, le big data, les objets connectés, les robots, les chatbots, l’intelligence artificielle, la 3D, le mobile, le cloud, … tout cela, on sait bien que ça arrive, on sait bien que les chinois, les indiens, les russes, les américains et sans doute plein d’autres sont déjà largement en avance sur les européens. Mais comme on n’est pas trop sûr de tout bien comprendre (déjà la nouvelle version d’Outlook, on a trouvé cela un peu chaud!), on va attendre encore un peu (éternellement en fait !), avant de commencer notre transformation digitale.

Bref, on préfère la politique de l’autruche et ne rien faire !

Pourquoi pas…, le scenario du « status quo » a encore de beau jour, surtout pour ceux qui ne prennent jamais aucun risque. Finalement, libre à vous, après tout, si vous pensez vraiment que c’est la bonne option 😉

Par contre, si jamais vous avez un petit doute…

Par où on commence pour débuter la transformation ?

Typiquement, une analyse du contexte de l’entreprise s’impose pour ne pas faire n’importe quoi !

Ensuite, nous organisons régulièrement des formations concrêtes et appliquées, pour expliquer ce que l’agilité stratégique, l’innovation ouverte et l’entreprise libérée permettent de modifier.

Pour gérer la transition, typiquement on peut faire du sur-mesure pour rester pertinent, et par exemple, proposer ce genre de déroulement après l’analyse du contexte:

  • Une Introduction à l’agilité stratégique
  • Des cours sur Scrum (pas uniquement pour l’IT !)
  • Les règles simples pour agir vite quand les hypothèses changent
  • Comment faire des choix difficiles (quand on n’a plus d’autres choix!)

Si vous aussi, vous êtes confrontés à deux ou trois incertitudes, ou à quelques turbulences, et idéalement, avant qu’il ne soit trop tard, vous pouvez toujours contacter Yves Zieba !